UNE GUINEE NOUVELLE EST POSSIBLE

Guinée

Le Premier ministre a présidé la conférence des Ambassadeurs et chefs d’agence de coopération en poste en Guinée pour la création d’un Institut de développement

Conakry, le 05 juillet 2024 – Le Premier ministre, Chef du Gouvernement a présidé la Conférence des Ambassadeurs et Chefs d’Agences de Coopération en poste à Conakry sur le projet de création de l’Institut International de Développement de la Coopération Sud-Sud et Triangulaire.

L’Institut International de Développement de la Coopération Sud-Sud et Triangulaire aura pour vocation d’aider les pays en développement, notamment les pays les moins avancés, à atteindre leur autonomie individuelle et collective, ainsi que leur développement durable et inclusif dans un contexte de changement et de crise multiples.

Le Ministre du Plan et de la Coopération internationale, a dans son discours souligné que ce projet est une initiative du gouvernement de la République de Guinée, qui a émergé à la suite de la deuxième conférence des Nations Unies de la Coopération Sud-Sud, tenue en mars 2019 à Buenos Aires. Depuis lors, le gouvernement guinéen s’est engagé sans relâche et avec succès dans une campagne de plaidoyers à travers le monde pour mobiliser la communauté internationale en faveur de cet institut.

Le Premier ministre a rappelé que de par son histoire, la Guinée a été le pays qui a montré la voie à beaucoup d’autres pour l’accession à l’indépendance parmi les pays francophones. La Guinée a également payé un lourd tribut pour l’accompagnement de tous les mouvements de libération et de décolonisation en Afrique. « Il est très important de souligner », poursuit- il, « que malgré tout cela, il y a une certaine injustice à l’égard de la Guinée depuis un certain temps ».

« D’où la volonté du gouvernement guinéen de solliciter la création de l’Institut de Coopération Sud-Sud et Triangulaire à Conakry, pour se réconcilier avec son histoire et aussi pour rendre hommage à tous ceux et celles qui, pendant plusieurs décennies, se sont sacrifiés pour la promotion de l’indépendance, des droits des peuples et également pour la coopération entre les pays du Sud, afin de mieux promouvoir des économies plus fortes et résilientes », dit-il.

M. Amadou Oury BAH, a noté que le monde actuel est dans un contexte particulièrement nouveau. L’héritage de la fin de la Seconde Guerre mondiale est en train de s’estomper dans les esprits. D’où des bouleversements, parfois des replis identitaires de beaucoup de pays qui remettent en cause l’ordre mondial tel qu’il a été perçu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La coopération Sud-Sud et triangulaire pourrait être une réponse à un nouveau contexte international qui se profile sous nos yeux.

Partager:

Facebook
Twitter
LinkedIn

Actualités Populaires